Si le championnat de L2 version 2009-2010 s'arrêtait au terme de cette 16e journée, nul doute qu'il resterait gravé dans les annales de la compétition... non pas pour la qualité des matchs joués (quoique la Ligue 2 se soit considérablement améliorée ces dernières années) mais par l'écrasante domination du Stade Malherbe de Caen sur ses poursuivants.

10 points d'avance sur le second, Le Havre, dernière victime en date des hommes de Dumas, 11 sur le 3ème, Metz et beaucoup plus sur le reste de la troupe. Tout simplement impressionnant !

Et ce n'est pas le match d'hier soir, ce derby normand remporté en patron par le SMC 2-0 qui viendra ternir cette domination. Caen s'est imposé logiquement face à un dauphin très solide. Le match s'est joué sur quelques détails, ces petits rien qui font la différence entre deux prétendants au podium et à l'accessit final vers la L1.

Pourtant, ce sont les haut-normands qui ont dominé l'entame de la partie, sans toutefois réussir à percer la défense caennaise new look cette année avec le tandem Hertaux (qui confirme de match en match) et Leca (préféré à Sorbon, sur le banc hier soir), auteurs tous deux d'un match remarquable.

Dans le 1er quart d'heure, Caen se contente de faire tourner le ballon, d'essayer de contourner le bloc havrais, mais les percées de Langil et d'Eluchans restent muettes...jusqu'à ce coup de pied arrêté de la 30ème minute.

Sur un corner joué à deux, Proment profite d'une erreur de marquage du Havre (le seul Bonnet fait face aux 2 caennais). Le milieu caennais s'empare du ballon et s'engouffre dans la surface. Aux 16 mètres, il adresse une frappe puissante à mi-hauteur qui vient surprendre Placide, le gardien du HAC. Ce dernier ne parvient pas à maîtriser le cuir et le repousse dans les pieds d'El Arabi qui, en renard des surfaces, traînait au second poteau. Son coup du pied est imparable. Caen mène 1-0 et met un frein aux ambitions havraises... Ce but récompense l'excellent partie du jeune attaquant malherbiste qui montre toutes ses qualités en l'absence de Toudic et Traoré, tous deux blessés jusqu'à la trève hivernale. El Arabi aura donné le tournis à toute la défense havraise durant toute la partie. Excessivement mobile, technique, ses remises dos au but ont fait mal au HAC.

Sur leur lancée, les caennais continuent à monopoliser le ballon. Le Havre essaie de réagir mais sans trop de réussite. Thébaux est toutefois mis à contribution sur une superbe frappe croisée à ras de terre. Le portier caennais la détourne magnifiquement du bout des gants (une faute de main de l'attaquant havrais sera signalée par l'arbitre sur cette action).

La mi-temps est sifflé sur cet avantage logiquement acquis par Dumas et ses troupes.

Seconde période : Caen tue le match...

La seconde période débute sous de moins bons hospices pour le Stade Malherbe. Le HAC montre bien plus d'allant et s'empare de la possession de balle. Les caennais se recroquevillent en défense et pendant 15 minutes, se montrent incapables de mettre le pied sur le ballon. Les erreurs techniques succèdent aux passes râtées et aux mauvais contrôles, si bien que le jeu bas-normand s'effiloche dangereusement. Le HAC s'approche du but de Thébaux : Diallo voit d'abord son tir croisé repoussé par Heurtaux (48e), puis adresse une tête judicieuse sur un corner de Noro, heureusement pas cadrée (58e).

Caen réagit timidement par Langil, bien servi par Seube, excellent hier soir. Mais le tir de l'allier caennais s'envole au-dessus de la cage de Placide (54e).

Dominé, Caen ne rompt pas et va même tuer le match à l'entame de la dernière demi-heure. El Arabi, lancé impeccablement par Leca, s'envole côté gauche. Esseulé, il essaye de dribbler le latéral droit havrais qui lui repousse le ballon dans les pieds. Entre-temps, Langil et Nivet sont venus apporter du soutien dans la surface. El Arabi adresse alors un superbe ballon sur la tête de Nivet qui le dévie légèrement pour Langil, libre de tout marquage au second poteau havrais. Son tir fait mouche et le Stade Malherbe double la mise (2-0 : 65e). Cette fois la messe est dite...

Dans une ambiance surchauffée par les 16 000 spectateurs de d'Ornano, les locaux retrouvent de l'allant et El Arabi, une nouvelle fois s'ouvre le chemin du but. Il se présente seul face à Placide qu'il contourne d'un piqué superbe mais hélàs trop mou pour empêcher le retour d'Hénin sur sa ligne... Le havrais évite le KO de son équipe.

Les dernières minutes de la rencontre sont haut-normandes. Les hommes de Daury se ruent à l'assaut de la cage de Thébaux. A la 88e minute, Kana-Biyik hérite d'un ballon à 6 mètres du but. Son tir est puissant mais le gardien caennais fait un arrêt réflexe splendide. 2 minutes plus tard, Baseya tente une frappe enroulée non cadrée. s'en est alors fini des espoir des joueurs de Daury et Caen remporte la mise.