Un groupe trop protégé :
Malgré les coups de gueule répétés de Dumas et les mises à l'écart de certains joueurs suite à de médiocres prestations (Gomis à Saint-Etienne, Boucansaud suite à sa bévue à domicile, Savidan non titulaire au Havre...) le groupe n'a jamais vraiment été mis sous pression cette saison par le staff dirigeant. Pourtant, les discordes dans le vestiaires étaient bien réelles. Difficile d'oublier les tensions sur le terrain lorsque l'on se fait la gué guerre en coulisse, surtout si aucune "police" ne veille à faire respecter l'ordre.

Le premier à s'étaler dans un confortable siège est d'ailleurs le (pseudo... il a pas les diplômes) entraîneur Frank Dumas lui-même, qui n'a jamais été désavoué par son président, et ce, en dépit de la piètre qualité de jeu affichée sur le terrain, cet hiver notamment, et d'erreurs stratégiques monumentales (Savidan seul en pointe, milieu à un seul récupérateur, Boucansaud en défense centrale...). Pire même, puisque c'est Fortin qui a toujours mis en avant que si Dumas partait il démissionnait !

Le président Fortin n'a d'ailleurs jamais poussé de coup de gueule, ni même donné d'ultimatum aux joueurs et au staff technique et n'a cessé de claironner un maintien certain. Les actionnaires du club sont aussi restés muets en coulisse quand, dans le même temps leurs homologues de Sochaux, Auxerre ou Saint-Etienne, haussaient le ton (au bon moment) pour provoquer une réaction de l'équipe.

Dans l'équipe elle-même, on a jamais vraiment senti de volonté de réagir. Rien n'a filtré dans la presse quand à la mauvaise ambiance entre les joueurs. Aucun joueur n'a pris ses responsabilité en s'exprimant publiquement sur ce qui n'allait pas lorsque les rouges et bleus ont aligné 15 matchs sans défaite. Pire, le président a décrété le silence radio envers les médias, après les victoires, comme après les défaites. Seuls les discours lissés de Seube et celui très ironique de Dumas ont été livrés aux lions après les rencontres. Lamentable ! Caen a manqué d'aboyeurs et le peu qu'ils avaient, on leur a cloué le bec (comme Thiam, envoyé à Reims par exemple). On critique Jurietti, on le traite à volo de c..., pourtant, c'est ce genre de caractère qui a fait défaut à Caen cette année !

Reste aussi que cette "non révolte" est culturelle. A Caen, on vit dans une certaine bourgeoisie et en Normandie on se contente de ce que l'on a. Il n'y a qu'à voir le public samedi, qui plutôt résigné, n'a montré aucun signe d'hostilité vis à vis des joueurs, du staff ou des dirigeants. Tout au long de la saison, seuls quelques sifflets à l'encontre de Savidan un soir de mars sont venus ternir cette douce tranquillité de d'Ornano.

Un manque cruel de défenseurs centraux :
Il manque 3 points à Caen pour se sauver. Pourtant le Stade Malherbe Caen a mené 12 fois au score cette saison avant de se faire remonter, notamment à Saint-Etienne ou Sochaux ou Caen avait 2 buts d'avance. Et que dire de cette incroyable scénario à Auxerre où sur une erreur de poussin de Gomis doublée d'une boulette de Planté, les rouges et bleus offrent une victoire inespérée à l'AJA à 1 mn du coup de sifflet final. Caen a encaissé 13 buts dans le dernier quart d'heure... c'est trop !

L'explication est pourtant criante. Caen n'a jamais trouvé de stabilité défensive, ou alors sur les 4 derniers matchs avec le repositionnement de Gomis dans l'axe. Pire même, au lieu de recruter des axiaux de métier, on les a viré ! Exit les Thiam (qui il est vrai était très médiocre), Svensson (un fantôme), et Zubar. Sans parler de la mise à l'écart de Boucansaud, qui faisait pourtant l'unanimité du Président et de son entraineur en fin d'année 2009, et qui justifiait à lui seul le fait de ne pas recruter au mercato (sic !).

Seul Sorbon était là pour éteindre l'incendie derrière, très bien épaulé par un Planté souvent héroïque.

Nul doute qu'avec un défenseur de plus, un vieux briscard, on aurait glané les 3 points manquants, en dégageant en touche plutôt qu'en faisant des passes hasardeuses en retrait, en étant plus vigilants au marquage sur les coups de pieds arrêtés... Et j'espère que la leçon est retenue, car le SMC va perdre son meilleur élément, Sorbon, qui devrait quitter le club étant le seul derrière a véritablement avoir le niveau L1 (avec Lemaître). En L2, c'est beaucoup plus physique. Il faudra des gars plus armés pour contrer les offensives adverses !