Bravo ! Vous avez du cran, et je dois m'incliner ce soir devant votre victoire, messieurs les joueurs car je ne l'envisageait pas du tout après votre mauvais match à Rennes, qui, le pensais-je, vous plongeait direct en L2...

Fort heureusement, les dieux du foot ont décidé cette année de jouer dans le suspens aussi bien en haut avec le duel Bordeaux/Marseille qu'en bas du classement avec la lutte pour le maintient.

Votre victoire, messieurs les malherbistes, vous remonte à une 16e place qui vous correspond bien, car ce soir vous étiez bien un cran au dessus de votre adversaire, qui a babutié son football, notamment défensif. "On a été nul, et on s'est perdu défensivement ce qui a brûlé toute l'équipe" dira Gillot, l'entraineur doubiste après la rencontre. Un peu sévère mais sans doute bourré de frustration, pour Sochaux, d'avoir laissé passer une belle occasion de se mettre définitivement à l'abri dans ce championnat.

Mais le sort veux aujourd'hui que Sochaux est relégable et devra se défaire de Nantes lors de la prochaine journée.

Pourtant tout n'a pas été si noir pour les doubistes qui ont effectué une première mi-temps solide, empêchant les caennais de créer des actions offensives dangereuses et de se placer en position de tir. La seconde période, avec un Dalmat des grands soirs aurait pu leur sourir, si Erding face à Planté et Dalmat sur un coup franc monumental n'avaient trouvé les montants du but caennais.

La chance était rouge et bleue ce soir, certes... mais l'envie de gagner et la hargne aussi, en plus d'une meilleure maitrise technique. Le Savigoal de retour a fait le reste, d'abord à la 77e sur une action en face à face avec Richert qu'il conclue d'un extérieur lobé du pied digne des plus grands. Il s'était auparavant détaché de Faty suite à une passe lumineuse de Sorbon en profondeur. L'international français gagne son duel avec Faty et se fend d'un lob de l'extérieur qui méduse Richert (1-0)

Le deuxième but qui assure la victoire de Caen arrive à la limite des arrêts de jeu. Leca, du milieu du terrain adresse une superbe balle dans le dos de la défense sochalienne. Savidan en embuscade récupère la balle et crucifie Richert d'un superbe tir à ras de terre à l'entrée de la surface. (2-0 : 90e)