Face à un Monaco ultradéfensif, Dumas avait aligné une équipe tournée vers l'attaque avec pas moins de 4 milieux à vocation offensive (Deroin, Nivet, Eluchans, Ben Khalfallah) pour alimenter Steve Savidan, seul en pointe côté normand. Gomis prenait poste pour poste la place de Proment, out pendant 4 semaines. La défense était plus "classique" avec cependant le retour de Seube au poste d'arrière gauche, en lieu et place de Lemaître qui avait été régulièrement aligné à ce poste depuis début novembre.

Durant les 6 premières minutes, les rouges et bleus montrent de l'allant mais les premiers centres passent devant le but monégasque sans créer de réel danger dans l'arrière-garde azuréenne, emmenée par Muller, l'ex-lyonnais, pour la première fois titularisé dans l'axe cette saison.

Hélas, un premier coup sur la tête est reçu par Dumas et ses hommes à la 7e. Pino hérite du ballon au 40 m, élimine 2 joueurs, puis contourne Leca venu à l'interception avant de décocher, de 25 m, un missile dans la lucarne de planté. 0-1. Pino montre là toute sa classe, lui qui revient aussi de blessure.

Caen ne parvient pas à réagir et tous ses mouvements sont bloqués par les rouge et blancs, qui jouent très bas et profitent des contre pour inquiéter malherbe. C'est d'ailleurs sur l'un d'eux qu'un monégasque déborde Barzola sur son côté droit et adresse un centre parfait pour Alonso, esseulé au second poteau. Ce dernier ne se fait pas prier pour crucifier Planté et enfoncer un peu plus les normands. (2-0 : 26e).

Les hommes de Dumas sont Ko debout et seuls un petit coup de patte de Savidan sur corner qui passe à coté du but de Thuram (le cousin de l'autre) et un but de Ben Khalfallah de la tête refusé pour une position de hors jeu, viendront colorer la timide prestation caennaise.

Le retour du vestiaire n'apporte pas de gros changement. Les locaux tentent d'accélérer mais sans succès, jusqu'à ce que Dumas fasse rentrer Toudic. Caen s'arme alors d'une deuxième pointe et comme Monaco est sur le reculoir, les percussions malherbistes commencent à se faire sentir.

Gomis manque d'un rien de réduire le score sur une frappe splendide des 25m qui heurte le haut de la transversale de Thuram.

Pino réplique sur un super mouvement mais sa frape croisée passe à quelques centimètres du but de Planté, battu sur ce coup là. Dans la minute qui suit, Caen va trouver l'ouverture. Sur un mouvement Nivet, Gomis, Ben Khalfallah, ce dernier adresse un centre parfait sur la tête de Savidan qui ajuste le portier monégasque. (1-2 : 70e).

Dès lors, le public harangue ses joueurs et les rouges et bleus se jettent à corps perdu pour arracher l'égalisation. Monaco est dangereux sur quelques contres, mal joués toutefois pour inquiéter Planté.
L'arbitre indique 4 mn d'arrêts de jeu. S'en sera de trop pour les joueurs de Ricardo, physiquement justes sur la fin de match.

A la 93e minute, Deroin sert Nivet dans la surface (en position de hors jeu), ce dernier ne se fait pas prier pour tromper Thuram d'une frappe croisée. Les rouges et bleus exultent, car il reviennent vraiment de loin...

Caen empoche un point dans la douleur mais a su montrer de grosses qualités de réaction et montre que si défensivement l'équipe a des lacunes, dans la tête elle est très solide. Souhaitons que cela ne soit pas le premier jet d'un nouvel hiver difficile... Car la zone rouge n'est qu'à 7 points. Les 2 prochains match, au PSG puis à Saint-Etienne seront révélateurs de l'avenir des malherbistes. Soient ils sortent de ces 2 déplacements difficiles avec quelque chose, auquel cas, ils pourront viser une place parmi les 10 premiers, soient ils en sortent avec 2 défaites et là, seul le maintien sera d'actualité.

Première réponse à Paris le 31 janvier prochain.